Aller au contenu

Introduction à Linux

Linux est un système d'exploitation de bureau alternatif, open-source et axé sur la protection de la vie privée. Face à l'omniprésence de la télémétrie et d'autres technologies portant atteinte à la vie privée dans les systèmes d'exploitation courants, Linux est resté le choix le plus évident pour les personnes désireuses de contrôler totalement leur ordinateur de zéro.

Notre site web utilise généralement le terme "Linux" pour décrire les distributions Linux de bureau. Les autres systèmes d'exploitation qui utilisent également le noyau Linux, tels que ChromeOS, Android et Qubes OS, ne sont pas abordés sur cette page.

Nos recommandations Linux

Remarques concernant la vie privée

Linux pose quelques problèmes importants en matière de protection de la vie privée, qu'il convient de connaître. Malgré ces inconvénients, les distributions Linux de bureau restent excellentes pour la plupart des personnes qui souhaitent :

  • Éviter la télémétrie qui accompagne souvent les systèmes d'exploitation propriétaires
  • Maintenir la liberté des logiciels
  • Utiliser des systèmes axés sur la protection de la vie privée tels que Whonix ou Tails

Sécurité de l'open source

Une idée fausse très répandue est que Linux et d'autres logiciels open-source sont intrinsèquement sûrs simplement parce que le code source est disponible. On s'attend à ce que la communauté effectue des vérifications régulièrement, mais ce n'est pas toujours le cas.

En réalité, la sécurité d'une distribution dépend d'un certain nombre de facteurs, tels que l'activité du projet, l'expérience des développeurs, le niveau de rigueur appliqué aux révisions de code et l'attention portée à des parties spécifiques de la base de code qui peuvent rester non touchées pendant des années.

Fonctionnalités de sécurité manquantes

À l'heure actuelle, le système d'exploitation Linux de bureau n'est pas à la hauteur des alternatives telles que macOS ou Android en ce qui concerne certaines fonctions de sécurité. Nous espérons voir des améliorations dans ces domaines à l'avenir.

  • Le démarrage vérifié sur Linux n'est pas aussi robuste que les alternatives telles que le démarrage sécurisé d'Apple ou le démarrage vérrifié d'Android. Le démarrage vérifié prévient les altérations persistantes par les logiciels malveillants et les attaques evil maid, mais il est encore largement non présent, même sur les distributions les plus avancées.

  • Un sandboxing solide pour les applications sous Linux fait cruellement défaut, même avec des applications conteneurisées comme Flatpaks ou des solutions de sandboxing comme Firejail. Flatpak est l'utilitaire de sandboxing le plus prometteur pour Linux jusqu'à présent, mais il est encore déficient dans de nombreux domaines et permet des réglages par défaut dangereux qui permettent à la plupart des applications de contourner trivialement leur sandbox.

En outre, Linux est en retard dans la mise en œuvre de mesures d'atténuation des exploits qui sont désormais standard sur d'autres systèmes d'exploitation, tels que Arbitrary Code Guard sur Windows ou Hardened Runtime sur macOS. De plus, la plupart des programmes Linux et Linux lui-même sont codés dans des langages peu sûrs pour la mémoire. Les bugs de corruption de la mémoire sont responsables de la majorité des vulnérabilités corrigées et affectées d'un CVE. Bien que cela soit également vrai pour Windows et macOS, ces derniers progressent rapidement dans l'adoption de langages à mémoire sécurisée, tels que Rust et Swift, respectivement, alors qu'il n'y a pas d'effort similaire pour réécrire Linux dans un langage à mémoire sécurisée tel que Rust.

Choisir sa distribution

Toutes les distributions Linux ne sont pas créées égales. Notre page de recommandation Linux n'est pas censée faire autorité quant au choix de la distribution à utiliser, mais nos recommandations sont alignées sur les lignes directrices suivantes. Voici quelques éléments à prendre en compte lors du choix d'une distribution :

Cycle de mises à jour

Nous vous recommandons vivement de choisir des distributions qui restent proches des versions stables des logiciels en amont, souvent appelées distributions à publications continues. En effet, les distributions à cycle de publication gelé ne mettent souvent pas à jour les versions des paquets et prennent du retard sur les mises à jour de sécurité.

Pour les distributions gelées telles que Debian, les responsables de paquets sont censés importer les correctifs pour corriger les vulnérabilités plutôt que de faire passer le logiciel à la "prochaine version" publiée par le développeur en amont. Certains correctifs de sécurité ne reçoivent pas du tout d'ID CVE (en particulier les logiciels moins populaires) et ne sont donc pas intégrés dans la distribution avec ce modèle de correctif. Par conséquent, les corrections de sécurité mineures sont parfois reportées à la prochaine version majeure.

Nous ne pensons pas que retenir les paquets et appliquer des correctifs provisoires soit une bonne idée, car cela s'écarte de la manière dont le développeur aurait pu vouloir que le logiciel fonctionne. Richard Brown propose une présentation à ce sujet :

Mises à jour traditionnelles et atomiques

Traditionnellement, les distributions Linux se mettent à jour en mettant séquentiellement à jour les paquets souhaités. Les mises à jour traditionnelles, telles que celles utilisées dans les distributions basées sur Fedora, Arch Linux et Debian, peuvent être moins fiables si une erreur se produit lors de la mise à jour.

Les distributions à mises à jour atomiques appliquent les mises à jour dans leur intégralité ou pas du tout. En général, les systèmes de mise à jour transactionnelle sont également atomiques.

Un système de mise à jour transactionnelle crée un instantané qui est réalisé avant et après l'application d'une mise à jour. Si une mise à jour échoue à un moment donné (par exemple en raison d'une panne de courant), elle peut facilement être ramenée au "dernier état correct connu."

La méthode de mise à jour atomique est utilisée pour les distributions comme Silverblue, Tumbleweed, et NixOS et permet d'atteindre la fiabilité avec ce modèle. Adam Šamalík a fait une présentation sur le fonctionnement de rpm-ostree avec Silverblue :

"Distributions "axées sur la sécurité

Il y a souvent une certaine confusion entre les distributions "axées sur la sécurité" et les distributions pour les "tests de pénétration". Une recherche rapide sur "la distribution Linux la plus sûre" donne souvent des résultats tels que Kali Linux, Black Arch ou Parrot OS. Ces distributions sont des distributions de tests de pénétration offensifs qui regroupent des outils pour tester d'autres systèmes. Elles n'incluent pas de "sécurité supplémentaire" ni de mesures d'atténuation défensives destinées à une utilisation régulière.

Distributions basées sur Arch Linux

Arch et les distributions basées sur Arch ne sont pas recommandées pour ceux qui débutent avec Linux (quelle que soit la distribution) car elles nécessitent une maintenance régulière du système. Arch n'a pas de mécanisme de mise à jour de la distribution pour les choix logiciels sous-jacents. Par conséquent, vous devez rester au courant des tendances actuelles et adopter les technologies au fur et à mesure qu'elles remplacent les anciennes pratiques.

Pour un système sécurisé, vous êtes également censé avoir une connaissance suffisante de Linux pour configurer correctement la sécurité de votre système, par exemple en adoptant un système de contrôle d'accès obligatoire, en configurant des listes noires de modules du noyau, en renforçant les paramètres de démarrage, en manipulant les paramètres sysctl, et en sachant de quels composants ils ont besoin, comme Polkit.

Toute personne utilisant le Arch User Repository (AUR) doit être à l'aise avec l'audit des PKGBUILDs qu'elle télécharge depuis ce service. Les paquets AUR sont des contenus produits par la communauté et ne font l'objet d'aucune vérification. Ils sont donc vulnérables aux attaques de la chaîne d'approvisionnement des logiciels, ce qui s'est d'ailleurs produit dans le passé.

Le AUR doit toujours être utilisé avec parcimonie, et l'on trouve souvent de nombreux mauvais conseils sur diverses pages qui incitent les gens à utiliser aveuglément AUR helpers sans avertissement suffisant. Des avertissements similaires s'appliquent à l'utilisation d'Archives de Paquets Personnels (PPAs) de tiers sur les distributions basées sur Debian ou de Projets Communautaires (COPR) sur Fedora.

Si vous avez de l'expérience avec Linux et que vous souhaitez utiliser une distribution basée sur Arch, nous recommandons généralement la version principale d'Arch Linux plutôt que l'un de ses dérivés.

En outre, nous ne recommandons particulièrement pas ces deux dérivés d'Arch :

  • Manjaro: cette distribution bloque les mises à jour des paquets pendant 2 semaines pour s'assurer que leurs propres changements ne cassent pas, et non pas pour s'assurer que l'amont est stable. Lorsque des paquets AUR sont utilisés, ils sont souvent construits avec les dernières bibliothèques des dépôts d'Arch.
  • Garuda: ils utilisent Chaotic-AUR qui compile automatiquement et aveuglément les paquets de l'AUR. Il n'existe aucun processus de vérification pour s'assurer que les paquets AUR ne souffrent pas d'attaques de la chaîne d'approvisionnement.

Le noyau Linux-libre et les distributions "libres"

Nous vous déconseillons d'utiliser le noyau Linux-libre, car il supprime les mesures d'atténuation de la sécurité et les avertissements du noyau concernant le microcode vulnérable.

Recommandations générales

Chiffrement de disque

La plupart des distributions Linux ont une option dans leur installateur pour activer LUKS FDE. Si cette option n'est pas définie au moment de l'installation, vous devrez sauvegarder vos données et réinstaller, car le chiffrement est appliqué après le partitionnement du disque, mais avant le formatage des systèmes de fichiers. Nous vous suggérons également d'effacer de façon sécurisée votre dispositif de stockage :

Swap

Envisagez d'utiliser ZRAM au lieu d'un fichier swap traditionnel ou d'une partition afin d'éviter d'écrire des données de mémoire potentiellement sensibles sur un stockage permanent (et d'améliorer les performances). Les distributions basées sur Fedora utilisent ZRAM par défaut.

Si vous avez besoin d'une fonctionnalité de suspension sur disque (hibernation), vous devrez toujours utiliser un fichier ou une partition swap. Veillez à ce que l'espace swap que vous avez sur un périphérique de stockage persistant soit au minimum chiffré afin d'atténuer certaines de ces menaces.

Wayland

Nous recommandons d'utiliser un environnement de bureau qui prend en charge le protocole d'affichage Wayland, car il a été développé en tenant compte de la sécurité. Son prédécesseur (X11) ne prend pas en charge l'isolation de l'interface graphique, ce qui permet à n'importe quelle fenêtre d'enregistrer, de consigner et d'injecter des données dans d'autres fenêtres, rendant toute tentative de sandboxing futile. Bien qu'il existe des options pour faire du X11 imbriqué comme Xpra ou Xephyr, elles ont souvent des conséquences négatives sur les performances, et ne sont ni pratiques à mettre en place ni préférables à Wayland.

Heureusement, les compositeurs wayland tels que ceux inclus dans GNOME et KDE Plasma ont maintenant une bonne prise en charge de Wayland ainsi que d'autres compositeurs qui utilisent wlroots, (par exemple Sway). Certaines distributions comme Fedora et Tumbleweed l'utilisent par défaut, et d'autres pourraient le faire à l'avenir car X11 est en mode maintenance limitée. Si vous utilisez l'un de ces environnements, il vous suffit de sélectionner la session "Wayland" dans le gestionnaire d'affichage du bureau (GDM, SDDM).

Nous recommandons de ne pas utiliser des environnements de bureau ou des gestionnaires de fenêtres qui ne prennent pas en charge Wayland, comme Cinnamon (par défaut sur Linux Mint), Pantheon (par défaut sur Elementary OS), MATE, Xfce et i3.

Micrologiciel propriétaire (mises à jour du microcode)

Certaines distributions Linux (telles que les distributions basées sur Linux-libreou les distributions DIY) ne sont pas livrées avec les mises à jour propriétaires du microcode qui corrigent les failles de sécurité critiques. Parmi les exemples notables de ces vulnérabilités figurent Spectre, Meltdown, SSB, Foreshadow, MDS, SWAPGS et d'autres vulnérabilités matérielles.

Nous recommandons vivement d'installer les mises à jour du microcode, car elles contiennent d'importants correctifs de sécurité pour l'unité centrale qui ne peuvent pas être entièrement atténués par le logiciel seul. Fedora et openSUSE ont tous deux les mises à jour du microcode appliquées par défaut.

Mises à jour

La plupart des distributions Linux installent automatiquement les mises à jour ou vous rappellent de le faire. Il est important de maintenir votre système d'exploitation à jour afin que votre logiciel soit corrigé lorsqu'une vulnérabilité est découverte.

Certaines distributions (en particulier celles destinées aux utilisateurs avancés) sont plus dépouillées et attendent de vous que vous fassiez les choses vous-même (par exemple Arch ou Debian). Il faudra manuellement exécuter le "gestionnaire de paquets" (apt, pacman, dnf, etc.) afin de recevoir les mises à jour de sécurité importantes.

En outre, certaines distributions ne téléchargent pas automatiquement les mises à jour du micrologiciel. Pour cela, vous devrez installer fwupd.

Ajustements de confidentialité

Adresse MAC aléatoire

De nombreuses distributions Linux de bureau (Fedora, openSUSE, etc.) sont livrées avec NetworkManager pour configurer les paramètres Ethernet et Wi-Fi.

Il est possible de rendre aléatoire l'adresse MAC lors de l'utilisation de NetworkManager. Cela permet de protéger un peu plus la vie privée sur les réseaux Wi-Fi, car il est plus difficile de suivre des appareils spécifiques sur le réseau auquel vous êtes connecté. Cela ne vous rend pas anonyme.

Nous vous recommandons de changer le paramètre en aléatoire au lieu de stable, comme suggéré dans l'article.

Si vous utilisez systemd-networkd, vous devrez définir MACAddressPolicy=random ce qui activera la RFC 7844 (Profils d'anonymat pour les clients DHCP).

La randomisation des adresses MAC est principalement bénéfique pour les connexions Wi-Fi. Pour les connexions Ethernet, la randomisation de l'adresse MAC ne présente que peu d'avantages (voire aucun), car un administrateur de réseau peut trivialement identifier votre appareil par d'autres moyens (par exemple en inspectant le port auquel vous êtes connecté sur le commutateur du réseau). Rendre aléatoire les adresses MAC Wi-Fi dépend de la prise en charge par le micrologiciel du Wi-Fi.

Autres identifiants

Il existe d'autres identifiants de système auxquels vous devez faire attention. Vous devriez y réfléchir pour voir si cela s'applique à votre modèle de menace :

  • Noms d'hôte : Le nom d'hôte de votre système est partagé avec les réseaux auxquels vous vous connectez. Vous devriez éviter d'inclure des termes d'identification comme votre nom ou votre système d'exploitation dans votre nom d'hôte, et vous en tenir plutôt à des termes génériques ou à des chaînes aléatoires.
  • Noms d'utilisateur : De même, votre nom d'utilisateur est utilisé de diverses manières dans votre système. Envisagez d'utiliser des termes génériques comme "utilisateur" plutôt que votre nom réel.
  • Identifiant machine :: Pendant l'installation, un identifiant machine unique est généré et stocké sur votre appareil. Envisagez de le régler sur un identifiant générique.

Comptage des systèmes

Le projet Fedora compte le nombre de systèmes uniques qui accèdent à ses miroirs en utilisant une variable countme au lieu d'un identifiant unique. Fedora fait cela pour déterminer la charge et fournir de meilleurs serveurs pour les mises à jour si nécessaire.

Cette option est actuellement désactivée par défaut. Nous recommandons d'ajouter countme=false à /etc/dnf/dnf.conf juste au cas où il serait activé dans le futur. Sur les systèmes qui utilisent rpm-ostree tels que Silverblue, l'option countme est désactivée en masquant le compteur rpm-ostree-countme.

openSUSE utilise également un identifiant unique pour compter les systèmes, qui peut être désactivé en supprimant le fichier /var/lib/zypp/AnonymousUniqueId.

None Visit Crowdin

You're viewing the None copy of Privacy Guides, translated by our fantastic language team on Crowdin. If you notice an error, or see any untranslated sections on this page, please consider helping out!